samedi 8 février 2014

Ce blog migre à une nouvelle adresse ! (8 février 2014)

Migration du blog

Notez la nouvelle adresse : http://e-pedagogie.lepagegilles.com

Le nouveau blog est maintenant sous Wordpress.
J'ai beaucoup apprécié Blogger, depuis plusieurs années, mais Worpress offre des fonctionnalités supplémentaire et plus de possibilités pour traiter l'optimisation pour les moteurs de recherche.
Tous les articles ont été transférés, avec vos commentaires.

Bonnes consultations :-)


http://e-pedagogie.lepagegilles.com/

vendredi 7 février 2014

Les marchands du temple de l'éducation vont tuer les Moocs !

Epidémie de Moocs

Je viens de lire un article sur les Moocs de JM Collomb dans Les Echos.fr avec lequel je ne suis pas d'accord.
Avoir un avis différent n'a jamais tué personne, mais cet article me pousse à réagir sur ce qui se passe depuis quelques semaines ou mois autour des Moocs.


Le mot est dans toute les bouches, et semble la panacée pédagogique du siècle.
Des dizaines, bientôt des centaines de Moocs éclosent chaque semaine. Disons plutôt que des dizaines et des centaines de "choses qu'on appelle Mooc" éclosent chaque semaine.

Mon expérience elearning et Moocs

Je n'ai conduit aucune étude universitaire ou économique sur le sujet mais...
  • j'ai une sérieuse expérience de formateur en mode elearning
  • j'ai un vécu d'étudiant à distance en elearning (campus Unilim)
  • j'ai participé à des Moocs, (xMoocs et cMoocs)
  • j'effectue une veille/curation régulière et déjà ancienne sur le thème des apprentissages et du numérique (scoop.it E-pedagogie, apprentissages en numérique)
Les Moocs ITyPA et Gestion de projet m'ont séduit pour leur qualité, leur "engagement", la présence en ligne et le travail de titan effectué par leurs initiateurs et animateurs. J'y ai vraiment appris, et ils m'ont aidé à consolider mon "EPA" (environnement personnel d'apprentissage) et mon "PLN" (personal learning network).


Logo du MOOC ITyPA2 et logo du MOOC ABCgdp

Les profs/animateurs étaient à l'écoute, ils soignaient les ressources, ils impliquaient des experts, ils s'appuyaient sur une équipe complémentaire nombreuse pour animer, intervenir, corriger, tutorer, gérer le site/plateforme.
Et, ce n'est pas négligeable pour moi, ils démontraient par leur implication une forte envie de faire progresser les apprenants, d'apporter, de partager.

Christine Vaufrey (ITyPA) et Rémi Bachelet (ABCgdp)

Pour mieux comprendre les Moocs 



Des objets qu'on appelle Mooc mais...

Par contre, ce que je repère dans l'énorme éclosion de Mooc actuelle est assez inquiétant :
 - on colle le mot MOOC sur toute offre de formation à distance, y compris hybride
 - on colle le mot MOOC sur une  offre elearning,  quelque soit le nombre de "clients" visés
 - on se suffit pour les contenus de  diaporama atones et tristement commentées
 - on bricole des quizz rudimentaires pour les évaluations
 - on construit des Moocs sur des plateformes dont les fonctionnalités sont insuffisantes

Difficile de faire mieux pour casser l'image des Moocs...

J'ai même repéré hier un de ces simili-moocs qui fondait sa certitude d'attirer des apprenants pour sur son offre (fort chère par ailleurs) par "l'appât du gain".

Je souhaite rappeler en passant ce qu'est un MOOC en prenant une définition proposée voici quelques mois dans La Tribune, qu'on ne peut pas taxer d'être un porte parole de l'économie sociale et solidaire :  "Mooc, pour Massive Open Online Courses, autrement dit des cours sur Internet, gratuits et ouverts à tous."
J'espère que la qualité fera vite la différence et qu'on ne jettera pas les bons Moocs à cause des mauvais, comme le bébé avec...
J'espère que l'effet de mode n'aveuglera pas les décideurs institutionnels et ne les poussera pas à commander des Moocs bâclés pour donner l'impression qu'ils sont dans le vent.

Un Mooc demande un énorme travail de préparation, un espace web2.0 capable d'accueillir des milliers d'utilisateurs, un énorme travail d'animation, des procédures d'évaluation qui sont encore en cours d'invention aux USA comme ailleurs, et DES CONTENUS utiles et sérieux, des ressources attrayantes...

Tout ça est loin d'être gratuit, et le modèle économique des Moocs se cherche encore.

Certains Moocs que je vois éclore depuis quelques temps ne correspondent vraiment pas à ces caractéristiques.

mardi 4 février 2014

MOOC C2i semaine 2/8 : Internet les autres et moi


Thème de la semaine 2 du Mooc : "DEVENIR UN ACTEUR DU WEB SOCIAL"

Le démarrage du cours ressemble fort à celui de la semaine précédente : une présentation en diapos du thème général de la semaine, et un menu gauche qui présente la structure des contenus :

Cours "tristoune"

Je vais être un peu critique sur mes premières expériences dans ce Mooc, j'espère qu'il évoluera par la suite : le thème est enthousiasmant, mais traité de façon triste.
Format : une présentation en diapos accompagne un discours d'enseignant qui traite du thème de la semaine. Un forum permet de s'exprimer ou d'échanger avec d'autres Moockitos (est-ce un néologisme acceptable ?)

Le contenu est très correct, mais il est transmis de façon terne.

  • Les diapos sont "minimalistes" : elles sont grises, elles ne brillent ni par le "design", ni par la créativité, ni par la richesse du contenu, elles ne sont pas "toniques". 
  • Le discours de l'enseignant/intervenant masculin est assez monocorde, sans émotion, comme s'il était seulement lu, pas "vécu". Les enregistrement sonores de l'intervenante féminine sont plus toniques.
  • Le tout n'est pas très "engageant", comme disent nos cousins Québécois.



Je suppose qu'une des solutions pour donner de la vie au message est d'enregistrer le "prof" en vidéo quand il "donne son cours", et de juxtaposer les dias à cette vidéo. La solution a été utilisée avec efficacité par Rémi Bachelet dans le Mooc Gestion de Projet

Les contenus de la semaine : passionnants, mais très nourris !

Dans ce cours de la semaine 2, on passe assez vite à la veille, ce qui est assez logique : la veille est une activité support pour de nombreuses autres activités, en particulier sur le web2.0 et les apprentissages.

  • Je teste donc un agrégateur de flux parmi les 3 proposés (Netvibes, feedly et RSSOwl). J'ai personnellement testé RSSOwl, qui est facile et efficace. Je connaissais déjà Feedly et Netvibes.
  • Des flux RSS, on passe à Twitter, 
  • De Twitter on passe à la curation.
  • On embraye ensuite sur "Suivre un bloggeur", 
  • Puis  "suivre la veille d'un curateur",  
  • Et enfin sur "consulter un site de partage de ressources" ...

C'est sans doute un peu beaucoup pour un débutant si on doit tout traiter en 2h30, mais le contenu est utile, important, motivant.

Evaluations de la semaine

Tous les modules sauf deux comportent des quizz (QCM et QRM) auxquels il est assez facile de répondre.

Progression

J'ai un peu de mal à comprendre les graphes de progression :

Temps passé : 

3 heures, ...quand même !

................ Rendez-vous dans une semaine :-)

lundi 3 février 2014

Evaluation par les pairs pour les MOOCs, conception

Cette ressource est particulièrement précieuse pour ceux qui travaillent avec des groupes en elearning ou en blended learning.

L'évaluation par les pairs est un thème essentiel pour les Moocs

L'atelier, une web-conférence animée par Rémi Bachelet (initiateur du Mooc Gestion de projet), aborde la question de façon pragmatique.
Les réponses de Rémi Bachelet aux questions des participants sont extrêmement précises et argumentées, fondée sur l'expérience du Mooc GDP


jeudi 30 janvier 2014

MOOC C2i semaine 1/8 : Internet les autres et moi


Retour d'expérience
J'avais promis que je raconterai mon parcours dans un des MOOCs de FUN, chose promise, chose due... :-)
Voici le retour de la semaine 1/8...

MOOC de FUN ??? ...Un nouveau juron québécois ?

FUN : France Université Numérique

FUN est une plateforme de MOOC mise à disposition des établissements de l’enseignement supérieur français et de leurs partenaires académiques dans le monde entier. Lancée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en octobre 2013, cette initiative vise à fédérer les projets des universités et écoles françaises pour leur donner une visibilité internationale, et permettre à tous les publics d’accéder à des cours variés et de qualité où qu’ils soient dans le monde.
MOOC :  Massive Open Online Courses, en français « Cours en ligne ouverts à tous »

Inscription sur FUN

Je me suis inscrit mi janvier sur la plateforme FUN, pour créer mon compte gratuit et accéder aux Moocs qui y sont proposés.
La création du compte est d'une simplicité exemplaire.

Inscription au MOOC

J'ai ensuite choisi de tester la plateforme avec un MOOC qui ne devrait pas me demander trop de travail : il s'appelle "Internet, les autres et moi" - Certificat Informatique Et Internet
C'est l'un des 4 MOOCs qui permettent d'obtenir la certification complète du C2i.
L'inscription est elle aussi très facile.
Ce Mooc dure 8 semaines, et demande en principe 2h30 de travail hebdomadaire.
Tout se passe en ligne.

La semaine 1/8 : vécu

Le cours a démarré le 27 janvier (avant-hier), et je viens de terminer le travail demandé.
Cela m'a pris, en gros, 1h30, mais il faut dire qu'il s'agit d'une semaine de rodage : 4 chapitres qui permettent de mieux comprendre le certificat C2i, la navigation dans la plateforme FUN, l'accès aux "cours" et la manipulation des quizz et du Wiki.


Les quizz sont des questionnaires : Questions à choix multiples, ou à réponse multiples, appariements, etc. Il suffi la plupart du temps de cliquer pour répondre.


Le "Wiki" un espace où l'apprenant peut rédiger en ligne, seul ou avec d'autres, pour répondre à une question ou présenter un travail réalisé. C'est un exemple parfait d'espace de production de contenu collaboratif sur le Web d'aujourd'hui.

J'ai donc traité les 4 points du cours : 

Les étapes de traitement de chaque chapitre sont intuitives :

  1. lire ou regarder la vidéo, 
  2. consulter la ressource indiquée quand c'est demandé, 
  3. traiter la tâche qui petmet de vérifier qu'on a assimilé le contenu (par exemple répondre au questionnaire)
  4. passer au chapitre suivant.

On peut s'arrêter, quitter Internet, aller faire un jogging ou la vaisselle, recommencer 3 heures après (je suis lent pour la vaisselle…) et on retrouve son cours là où on l'avait laissé : il suffit de se reconnecter, aucune réponse à un quizz n'est perdue.
On peut aussi aller consulter sa progression : elle est résumée sur un graphique et  le résultat à chaque exercice est détaillé plus bas.


Les tâches les moins simples pour un débutant sont à mon goût :


  • La manipulation du forum : quelques termes anglais sur la plateforme sont heureusement traduits dans des bulles qui apparaissent au survol par la souris (popup), comme "report Misuse", qui signifie "signaler un abus"
  • La manipulation avancée du Wiki : mais c'est une activité qui fera partie des apprentissages du Mooc, si je ne trompe pas.

Inscrivez-vous !!! ...On peut même démarrer en retard ! 

Je pense que ce Mooc est réellement une aubaine pour tous ceux qui aimeraient bien plonger dans le web et ses outils, mais qui n'ont jamais osé jusqu'ici "sauter à l'eau" parce qu'ils n'avaient pas identifié une opportunité gratuite et fiable d'initiation simple, "à domicile", au moment où on peut, sans que quiconque puisse "se moquer quand je rate".

Le site FUN : https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/about



mardi 28 janvier 2014

Un cours en ligne sur les cours en ligne

Ceci est un exemple particulièrement esthétique de ressource en ligne :
Scénariser un module de formation


  • Cette ressource traite de la conception de ressources pour un cours en ligne.
  • Ressource à recommander en particulier aux utilisateurs de Moodle. 
  • La présentation est très réussie sur le plan esthétique.
  • La ressource est publiée sous licence Creative Commons
  • Son auteur : Cécile Deruy
  • Elle a été élaborée avec la suite de logiciels libres SCENARI

http://fr.wikipedia.org/wiki/Scenari





dimanche 12 janvier 2014

Apprentissage collaboratif appuyé sur le web2.0 : exemple et bonnes pratiques



Une séance d'apprentissage collaboratif appuyée sur le web2.0 : déroulement, préparation, bonnes pratiques.


Il s'agit du contenu d'un atelier présenté lors des Boussoles du Numérique à Cenon le 11 décembre 2013

vendredi 10 janvier 2014

Pédagogie : collaboratif ou coopératif, pour apprendre ?

Collaboratif ou coopératif : c'est pas pareil ?

Dans de nombreux articles récents sur la pédagogie, je vois que les mots "collaboratif" et "coopératif" sont utilisés indifféremment.
Ce n'est pas très important, me direz-vous, si le concept qu'ils décrivent est bien celui qui est efficient en termes de pédagogie.
Ils ne disent cependant pas exactement la même chose.

Définitions données par l'Université de Genève :

Travail coopératif : "Dans le cadre d'un travail réalisé de façon coopérative, il y aura une répartition claire du travail entre ses participants. De façon concrète, il sera assigné à chaque élève une tâche claire et concrète. Par la suite, les travaux individuels de chaque élèves seront assemblés et formeront le travail final.
Dans cette forme de travail l'apprenant sera responsable de sa propre production, mais il devra néanmoins apprendre à interagir avec les autres participants afin que le travail final puisse être cohérent. "
Travail collaboratif : "Dans le cadre d'un travail réalisé de façon collaborative, il n'y aura aucune répartition du travail entre ses participants. En effet ces derniers travailleront tous ensemble à chaque étape de l'élaboration du travail. Il sera donc impossible, une fois le travail réalisé, d'identifier le travail fourni par chacun.
Ce type de travail se base sur les capacités de communication et d'interaction de chacun. "

Un exemple concret dans une formation

Pour vous en convaincre, je vous livre ci-dessous un courriel que j'avais envoyé à un groupe de stagiaires "animateurs TIC" dont j'animais la formation en 2006 à l'afpa.

Cette formation d'adultes se déroulait sur 8 mois en mode "hybride" (blended learning) : 4 semaines chez eux et 1 semaine en centre de formation. 
Je leur demandais la plupart du temps de travailler à distance en sous-groupe pour les travaux qu'ils avaient à réaliser pour apprendre.
Nous nous servions pour cela, eux et moi, de "wikis", des tchats, des courriels et des fonctionnalités d'une plateforme de formation (Moodle) : elle est conçue pour que les apprenants puisse échanger et travailler à plusieurs … en mode "collaboratif".

Courriel envoyé aux apprenants (13 janvier 2006)



Bonjour à tous,
Je m'aperçois depuis quelque temps que beaucoup des sous-groupes de la formation ATIC travaillent en coopératif et non en collaboratif.
C'est vraiment dommage !
Travailler un apprentissage à plusieurs est sans doute 5 ou 10 fois plus efficace que le faire tout seul dans son coin.
Je précise :  je dis bien "travailler à plusieurs", ce n'est pas parce que vous lirez ce qu'un autre a rédigé que vous l'aurez assimilé.
Parlons "pédago", puisque vous êtes directement concernés par la pédagogie dans votre métier d'animateur TIC en espaces publics numériques :  
"Dans l’apprentissage collaboratif on parle de "collaboration réflexive"(construire et échanger) qui amène les apprenants à questionner leurs propres conceptions. "
C'est un peu jargonneux, j'en imagine qui tordent déjà le nez, mais qu'est ce que ça veut dire ? Je vous cite un texte que je trouve assez clair, et je commente ensuite : 
"Dans cette stratégie pédagogique (celle des apprentissages collaboratifs), les travaux portent sur des situations concrètes liées au métier. Ces situations deviennent le point de départ des échanges où les partenaires réfléchissent, co-construisent et partagent leur expérience et le fruit de leurs recherches en donnant à chacun l'occasion de puiser dans la contribution de l'autre les éléments nécessaires pour faire avancer sa propre réflexion sur et dans l'action. Le groupe réussit à co-construire une conception plus intégrée et plus complexe de la compétence visée."
Je m'explique concrètement :
Quand vous confrontez vos points de vue sur un sujet ou une solution à apporter à un problème, chacun parle à partir de son expérience, de sa culture, de son système de valeur, de ses recherches sur le sujet, de son humeur du moment, etc.
Vous vous imprégniez donc chacun de ce que les autres apportent et pour tomber d'accord vous êtes obligés de faire le tri, de choisir, de hiérarchiser. Votre approche d'une question est beaucoup plus riche et pondérée que si vous la faîtes seul. Et votre compétence est bien plus réelle et complète. C'est vrai que ça demande un peu plus de temps de travail, et de patience et de respect de l'autre, etc.
 
Mais... cet investissement, ces efforts que je viens de citer, ce sont exactement les ingrédients qui construisent les adultes et les citoyens qui "valent le coup" d'être côtoyés, dans la vie et la société. En tout cas ce sont les qualités attendues d'un animateur - initiateur - responsable... etc.
Et en plus la solution que vous proposez a au moins 5 fois plus de chance d'être correcte que si vous êtes seul à la définir...
 
Cette stratégie de travail collaboratif est aujourd'hui en pointe dans le monde des entreprises modernes qui consacrent beaucoup d'efforts à organiser le travail des équipes projet de cette manière. La raison en est simple : moins d'erreurs, gains de temps et de coûts, progression sensible des compétence individuelles et collectives, capitalisation de la connaissance simplifiée…. 
Je me dis aujourd'hui que j'aurais du vous faire découvrir les wikis beaucoup plus tôt dans la formation. C'est sans doute l'outil qui vous manquait pour travailler à plusieurs sans la difficulté de l'accès au document à plusieurs. 
Vous ne pouvez cependant pas vous réfugier derrière cela. J'ai vécu la même chose alors que les wikis n'étaient pas encore passés dans les mœurs, et le collaboratif fonctionnait.
Donc...
J'espère vous avoir convaincus, ou au moins sensibilisés. …Et je tiens à ce que vous travailliez en collaboratif !

Bonne suite :-)
Gilles Le Page

lundi 6 janvier 2014

Recherche d'emploi avec Indeed - tutoriel

La mise en place d'une veille active est la base de la recherche d'emploi.

Internet est bien entendu un support essentiel pour cela.
Indeed est un moteur de recherche spécifique très facile à utiliser.
Ce tutoriel en détaille la prise en main.

jeudi 2 janvier 2014

Les vœux d’épopée d’Ariane Mnouchkine pour 2014

Je suis touché et motivé par ce texte beau, fort, juste, révolté.
Il est vrai et pertinent pour toutes les sphères de notre société, et bien évidemment pour l'école et la formation.
Je le "reblogge" donc ici mot pour mot, et je remercie à la fois Ariane Mnouchkine et Mediapart.


Ariane Mnouchkine

Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,

À l’aube de cette année 2014, je vous souhaite beaucoup de bonheur.
Une fois dit ça… qu’ai-je dit? Que souhaité-je vraiment ? 

Je m’explique : 

Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.
D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours, on déverse sur nous, cette vase venimeuse, faite de haine de soi, de haine de l’autre, de méfiance de tout le monde, de ressentiments passifs et contagieux, d’amertumes stériles, de hargnes persécutoires. 
Fuir l’incrédulité ricanante, enflée de sa propre importance, fuir les triomphants prophètes de l’échec inévitable, fuir les pleureurs et vestales d’un passé avorté à jamais et barrant tout futur. 
Une fois réussie cette difficile évasion, je nous souhaite un chantier, un chantier colossal, pharaonique, himalayesque, inouï, surhumain parce que justement totalement humain. Le chantier des chantiers. 
Ce chantier sur la palissade duquel, dès les élections passées, nos élus s’empressent d’apposer l’écriteau : “Chantier Interdit Au Public“ 

Je crois que j’ose parler de la démocratie.

 Etre consultés de temps à autre ne suffit plus. Plus du tout. Déclarons-nous, tous, responsables de tout.
Entrons sur ce chantier. Pas besoin de violence. De cris, de rage. Pas besoin d’hostilité. Juste besoin de confiance. De regards. D’écoute. De constance. 

L’Etat, en l’occurrence, c’est nous.

Ouvrons des laboratoires, ou rejoignons ceux, innombrables déjà, où, à tant de questions et de problèmes, des femmes et des hommes trouvent des réponses, imaginent et proposent des solutions qui ne demandent qu’à être expérimentées et mises en pratique, avec audace et prudence, avec confiance et exigence. 
Ajoutons partout, à celles qui existent déjà, des petites zones libres. 
Oui, de ces petits exemples courageux qui incitent au courage créatif. 
Expérimentons, nous-mêmes, expérimentons, humblement, joyeusement et sans arrogance. Que l’échec soit notre professeur, pas notre censeur. Cent fois sur le métier remettons notre ouvrage. Scrutons nos éprouvettes minuscules ou nos alambics énormes afin de progresser concrètement dans notre recherche d’une meilleure société humaine. Car c’est du minuscule au cosmique que ce travail nous entrainera et entraine déjà ceux qui s’y confrontent. Comme les poètes qui savent qu’il faut, tantôt écrire une ode à la tomate ou à la soupe de congre, tantôt écrire Les Châtiments. Sauver une herbe médicinale en Amazonie, garantir aux femmes la liberté, l’égalité, la vie souvent. 
Et surtout, surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire et non pas à sa fin désenchantée. Ils en sont encore aux tout premiers chapitres d’une longue et fabuleuse épopée dont ils seront, non pas les rouages muets, mais au contraire, les inévitables auteurs. 
Il faut qu’ils sachent que, ô merveille, ils ont une œuvre, faite de mille œuvres, à accomplir, ensemble, avec leurs enfants et les enfants de leurs enfants. 
Disons-le, haut et fort, car, beaucoup d’entre eux ont entendu le contraire, et je crois, moi, que cela les désespère. 

Quel plus riche héritage pouvons-nous léguer à nos enfants que la joie de savoir que la genèse n’est pas encore terminée et qu’elle leur appartient. 

Qu’attendons-nous ? L’année 2014 ? La voici.


PS : Les deux poètes cités sont évidemment Pablo Neruda et Victor Hugo

mardi 31 décembre 2013

Pensez autrement ! Un énoncé peut formater la recherche de solution.

Un journaliste visite un hôpital Psychiatrique.
Il demande au directeur : "Comment faîtes-vous pour savoir si un patient doit être interné ou non ?"
"On remplit une baignoire d'au, on leur donne une petite cuiller, une tasse et un seau, et on leur demande de vider la baignoire"
"Ah, je vois !" dit le journaliste. "Une personne normale prend le seau !"
"Non, elle enlève le bouchon d'évacuation. …Vous préférez une chambre avec ou sans fenêtre ?

lundi 9 décembre 2013

Tourner une vidéo pour un cours en ligne : mode d'emploi

Ce diaporama répond à plusieurs questions que je me suis déjà posées, et que se posent de nombreux formateurs/enseignants.

  • Combien coûte le tournage d’une vidéo de cours?  
  • Comment est constitué le studio ?
  • Quel matériel faut-il acheter ?
  • Quels sont les moyens humains mobilisés ? 
  • Sont-ils reconnus par les institutions ?

Cette ressource est partagée par Rémi Bachelet

Il est l'initiateur et animateur principal du Mooc Gestion de Projet (Ecole Centrale de Lille). J'ai participé à la première session de ce Mooc, dans lequel j'ai vraiment appris.
Rémi Bachelet partage gratuitement ses ressources et ses cours sous licence Creative Commons, ce que j'apprécie particulièrement.

samedi 30 novembre 2013

Ecrire, c'est "produire de l'intelligence"

Quelques propos utiles pour un pédagogue :

Ecrire régulièrement améliore l’écriture
Ecrire pour un lectorat améliore l’écriture
Ecrire pour une situation réelle du monde et non un simple devoir scolaire améliore l’écriture
Recevoir la rétroaction de plusieurs lecteurs améliore l’écriture

Jack Cool - nov 20123
Et une excellente présentation de Jack Cool à consulter : Les nouveaux rôles de l'apprenant et de l'apprenante

vendredi 29 novembre 2013

Images captures d'écran : solutions

Les captures d'écran (screenshots)
Les captures d'écran (images) sont très utiles our les formateurs, enseignants, ou communicants divers.
Elles permettent d'illustrer les présentation, tutoriels, les supports pédagogiques.
Un outil de capture d'écran pratique propose en plus des outls d'édition et d'annotation de l'image capturée : notes, flèches, surlignement, floutage...
Les captures écran me sont indispensables pour préparer des suports pédogiques concernant le etourisme ou le elearing. Pour information : je travaille sur un PC Windows 7
Les outils pour capturer des images à l'écran sont assez nombreux, et des solutions "gratuites" sont récemment apparues, tant mieux.

L'outil Windows est rudimentaire :



J'ai longtemps utilisé une solution payante  : Snag.it 

Snag.it est très efficace, très pratique, très bien "outillé" ... mais un peu chèr.
Exemple de capture d'écran annotée (avec Snag.it) :


J'utilise maintenant 3 soutions gratuites en parallèle : Nimbus Screen Capture, GreenShot et HotShots, et j'ai vie abandonné l'outil de Windows.

Tour d'horizon de solutions gratuites apparues récemment

HotShots



GreenShot

Logiciel à installer - Greenshot a été publié sous GPL, il peut être utilisé gratuitement, même dans un environnement commercial.

Nimbus Screen Capture

* Nimbus est une "application" qui fonctionne avec Chrome, "dans Chrome". 
Il n'est pas possible de capturer des écrans hors du navigateur, dans OpenOffice, par exemple.
Mais je trouve cette aplication exrêmement rapide et pratique... :-)



mercredi 27 novembre 2013

Apprendre et enseigner : bouleversements inéluctables et positifs

 "Comme les abbayes du temps de Gutemberg, les universités dans leur forme actuelle vont disparaître"
Cette phrase est le titre d'un article du Monde du 2 octobre 2013.


Le monde de la pédagogie change

J'ai mis cette phrase en exergue, parce qu'elle dit de façon brutale le mouvement qui s'opère de façon inéluctable dans la formation et l'enseignement depuis 10 ans à la faveur des opportunités offertes par les "TIC, et en particulier depuis ce que l'on appelle le web2.0
Les initiatives d'utilisation des TIC et du web en pédagogie sont innombrables depuis quelques années. Elles étaient peu médiatisées jusqu'ici, mais le phénomène des MOOCs les a placées sur le devant de la scène.

Une superbe ressource pour comprendre ce qui se passe

J'ai retrouvé cette phrase ce matin, dans une veille mise en place avec Scoop.it sur le thème "elearning"
Elle figure dans une pépite : le diaporama de Marcel Lebrun, support de la conférence qu'il a donné hier mardi 26 novembre lors des Entretiens Jacques Cartier à l'ENS de Lyon : "Les MOOC ? Entre fossilisation des pratiques et essor de la pédagogie à l'ère numérique"
Marcel Lebrun

Pourquoi ces 29 diapos sont excellentes

  • Elles présentent et relient de nombreux concepts de façon cohérente et positive.
  • Elles regorge de définitions opérationnelles. Par exemple : "La formation  peut être regardée comme la mise à disposition du futur formé d'occasions où il puisse apprendre" (Brown & Atkins 1988)
  • Elles expliquent en quelques images des concepts dont les noms fleurissent dans les discours et la presse
    •  l'hybridation (blended learning)
    •  les Moocs, les cMOOC et les xMOOC,
    • le PLE (personnal learning environment)
    • les classes inversées (flipped classroom)
    • etc.
Elles donnent les liens vers d'autres ressources accessibles en lignes, comme une passionnante conférence de Michel Serres à l'INRIA
J'en ai extrait cette phrase que je trouve "jubilatoire" :
Nous sommes condamnés à devenir inventifs, intelligents, transparents. L’inventivité est tout ce qui nous reste. La nouvelle est catastrophique pour les grognons, mais elle est enthousiasmante pour les nouvelles générations car le travail intellectuel est obligé d’être intelligent et non répétitif comme il l’a été jusqu’à maintenant

Les dias de la conférence de Marcel Lebrun (26/11/13)

  • Note : pour accéder aux commentaires de chaque diapo, consultez-les directement sur Slideshare et cliquez sur le bouton "plus", en bas à droite, et descendez dans la page.
...et profitez-en pour visiter son blog, "Le blog de Marcel", un régal pédago !

jeudi 21 novembre 2013

Les neurones de la lecture : Stanislas Dehaene

La conférence de Stanislas Dehaene, qui parait un peu technique au départ, est absolument passionante.
Les recherches de son équipe ont des incidences essentielles pour la pédagogie et le design web.
Le bouquin m'avait beaucoup plu, il est plus complet que cette conférence pour les pédagogues et les designers.
Cette conférence actualise ce que dit le livre, et c'est une intro alléchante.

mercredi 2 octobre 2013

Mooc connectiviste ITyPA2 : c'est parti !

J'ai reçu ce matin mes données de connexion au site du MOOC ITyPA saison 2.
Mon expérience avec ITyPA1 en 2012 m'avait passionné !
Je suppose (j'espère) que je retrouverai quelques uns de ceux que j'avais rencontrés sur ITyPA1, en 2012...
Je compte parfaire la construction de mon environnement d'apprentissage personnalisé, rencontrer de nouvelles personnes, découvrir de nouveau outils, améliorer ma capacité à accompagner des apprentissages.


Vous inscrire ?  

Infos générales

  • Le MOOC « Internet, tout y est pour apprendre – deuxième saison » (ITyPA2) traite des outils, méthodes et stratégies d’optimisation de l’usage d’Internet pour apprendre.
  • ITyPA2 se déroule sur 10 semaines, du 10/10/2013 au 12/12/2013
  • Participer au Mooc requiert un total de 4 heures hebdomadaires de travail ...au minimum, mais chacun peut moduler sa participation en fonction de sa disponibilité.
  • La préparation d’un badge requiert entre 10 et 20 heures de travail supplémentaires.
  • C’est un MOOC de type connectiviste, conçu et animé par : Anne-Céline Grolleau, Simon Carolan, Morgan Magnin, Jean-Marie Gilliot, Christine Vaufrey, 

lundi 29 juillet 2013

Genèse d'un MOOC français certifiant, par Matthieu Cisel

Rémi Bachelet et Matthieu Cisel sont à l'origine du MOOC ABC Gestion de projet, que j'ai suivi ce printemps 2013 avec beaucoup d'intérêt, beaucoup de plaisir, et... beaucoup d'heures de travail ;-)
Ce MOOC a déjà été présenté dans ce blog par d'autres articles.


Dans la vidéo ci-dessous, Matthieu présente la genèse de ce Mooc à TEDxParisUniversités.
Cette présentation est rapide, dynamique, "engageante", comme disent nos cousins Québécois.
Malgré quelques raccourcis imposés par l'exercice, on comprend comment le MOOC a pris corps, comment l'idée de départ a évolué, et on "pige" bien que cette expérimentation est riche d'enseignements et d'avenir.
...Merci à Matthieu Cisel et Rémi Bachelet

mercredi 3 juillet 2013

Open Badges (Mozilla) : reconnaître des compétences tout au long de la vie

Je reprends ici quelques éléments de 2 sites qui présentent une initiative importante de la fondation Mozilla lancée en janvier 2012.
"L'objectif d'Open Badges est de permettre la création et la gestion d'un portefeuille de certifications et de reconnaissances en fonction de ce que l'on a apris tout au long de sa vie, dans un cadre formel d'enseignement aussi bien que dans ses loisirs, ses études autonomes ou son bénévolat." (Thot Cursus)
Open Badges logo

Open Badges est aujourd'hui une solution concrète, déjà outillée et prête à l'emploi, qui permet à ceux qui souhaite valider une compétence de matérialiser cette vaidation.
Cela concerne aussi bien les "apprenants" que ceux qui proposent ou constatent l'acquisition d'une compétence chez un apprenant ou un salarié.
Le concept est proche d'un autre concept : celui des eportfolios, mais il lui apporte l'aspect "validation".

Cette initiative de Mozila est d'importance : elle ouvre concrètement la voie à d'autres solutions que la "diplomite" qui sévit en France depuis des décénnies.

À ce jour, le système a déjà été adopté par 800 organismes, locaux et globaux. La plateforme Compétences Numériques  utilisée pour le B2i  pourrait expérimenter l'utilisation des "Open badges".
On peut aussi imaginer que la VAE (validation des acquis de l'expérience) soit adossée demain sur Open Badges.

Open Badges sur le plan technique

Un certificat apparaît sous la forme d’un symbole, mais chacun est accompagné d’un ensemble de metadonnées qui inclut :
  • qui a émis le certificat;
  • la date d’émission;
  • quelles épreuves ont été réussies;
  • les liens menant aux références montrant quel travail a du être accompli pour l'obtenir;
  • des données permettant l’authentification du certificat par l’émetteur.
Ces metadonnées ont pour butde protéger le système contre les abus, comme la copie des certificats sans les avoir mérités.
Open Badges est à la fois un format pour décrire une compétence que l’on a validée, et un ensemble de logiciels libres pour distribuer des badges, les afficher, etc.
N’importe qui peut installer une autorité qui délivre des badges. On peut ensuite afficher les badges que l’on a gagnés sur ses différents profils sur les réseaux sociaux. Un mécanisme permet évidemment à n’importe qui de vérifier la validité de la médaille, via une simple vérification de signature électronique.

J'ai testé pour vous...

Il suffit de se rendre sur la page OpenBadges About et de ciquer sur "Earn" dans le menu
Vous pouvez gagner un premier Open Badge facile en utilisant le test "Need a demo? Take the badges 101 quiz and earn a badge in the process!"

samedi 22 juin 2013

Formation professionnelle : Méfiez-vous des "contrefaçons" !


Certains organismes accueillent des candidats en formation sans être agréés par les DIRRECTE (Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) : ils ne sont agréés ni pour former, ni pour organiser des sessions de validation !
Les "pseudos" formations RET  pullulent de ci de là. Il y a vraiment à boire et à manger. Aux alentours du Var, par exemple, il y en a 5 ! Sans  aucun agrément pour la certification, avec des formateurs  inexpérimentés et issus d'autres métiers que celui de responsable d'établissement touristique (réceptionniste, gouvernante, etc.)

D'autres organismes sont eux sérieux et en conformités avec la réglementation.

Par exemple, pour la formation RET (Responsable 'Etablissement Touristique) :
- L'AFPA (bien connue)
- L’IFETH, agréé par la DIRRECTE PACA pour la plupart des titres professionnels de niveau 5, 4 et 3 correspondant aux métiers exercés sur les établissements touristiques et hôteliers, ainsi que pour les principaux Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) de l’industrie hôtelière. L’IFETH est également agréée pour l’organisation des sessions de validation des titres et CQP.
            


jeudi 20 juin 2013

Retraiter une vidéo avec "Popcorn Maker"

Cet outil web est proposé par la fondation Mozilla

Il est presqu'immédiatement accessible, il suffit de donner une adresse courriel et de se créer un mot de passe.
La prise en main n'est pas totalement intuitive, mais les fonctionnalités sont intéressantes

Test réalisé en 15mn environ à partir d'une petite video sur Youtube

A la vidéo originale, j'ai ajouté des textes, des popups, des cartes Googlemaps...

mercredi 29 mai 2013

Tagcloud : décoration intelligible

Réalisée avec Tagxedo Creator

Bar en ligne ADUTICE du 28 mai 2013 : MOOC RESOP et Gestion De Projet

Retours d'expérience sur 2 MOOCs, par Jean Vanderspelden et Gilles Le Page

Vidéo du barcamp du 28/05/13 - 19h30
  • Jean Vanderspelden a présenté son expérience dans le MOOC RESOP : un "cMOOC"
  • J'ai relaté mon expérience dans le MOOC ABC Gestion de Projet : un "xMOOC" (mes diapos de présentation)
L'un et l'autre avaient aussi participé au MOOC ITyPA en automne 2012

Pour en savoir plus  : 


mardi 28 mai 2013

Je crée ma page facebook entreprise

Parce qu'une page Facebook peut être utile à un enseignant...
Ce tutoriel de 58 diapos est un guide pas à pas pour créer sa page Facebook entreprise.


mardi 14 mai 2013

Tutoriel pour redimensionner et optimiser des photos

"Free Batch Photo Resizer" est un minuscule logiciel gratuit qui permet redimensionner et optimiser des photos au format .jpg.
Ce remarquable logiciel, très bien conçu, est extrêmement simple à utiliser.


Mesurer sa popularité sur le web

Ces quelques diapos ont été réalisées sur la base de l'excellent dossier "Comment évaluer gratuitement sa popularité sur internet" paru en mai 2013 sur le site www.commentcamarche.net

Elles ont été conçues à l'attention de responsables d'établissement touristique : propriétaires de gîtes ruraux, de meublés de tourisme, directeurs de camping, directeurs de village de vacances, directeurs d'hôtel, etc.

Un prestataire de service touristique a besoin de mieux connaître ses clients, ses prospects. Il a besoin de savoir qui fréquente son site, son blog, sa page Facebook entreprise. Ce que les internautes viennent y chercher et ce qu'ils y trouvent constitue une ressource très précieuse... Des outils gratuits sont à sa disposition pour découvrir ces informations.


dimanche 28 avril 2013

MOOCs, évaluations à distance, "triche" et modèle économique

Tricher sur un MOOC

Je viens de lire un article très intéressant intéressant dans le blog Educpro.fr : "Comment tricher sur un MOOC ?"
L'auteur de l'article est Matthieu Cisel, un des acteurs principaux du MOOC "ABC Gestion de projet" auquel je viens de participer avec une grande satisfaction pendant 4 à 5 semaines.
..En passant, encore bravo à Rémi Bachelet, Matthieu Cisel et toute l'équipe de ce MOOC très réussi !

Dans son article Matthieu explique que :
La circulation rapide des informations sur la toile pose un problème certain pour l’organisation d’un MOOC, car elle permet entre autres la diffusion des solutions des exercices, des devoirs ou des examens.

On pourrait envisager les choses avec humour, comme dans le dessin ci-dessous, mais ça ne règle pas la vraiment la question...

Evaluer à distance

Cette question m'intéresse énormément depuis 2004 : j'étais formateur et je suis "retourné à la fac" en travaillant le soir. Ceci m'a plongé en parallèle dans l'apprentissage à distance et dans la formation à distance en mode blended learning.

L'expérience m'a montré qu'évaluer à distance impose de revoir ses outils d'évaluation, de repenser ses supports, de ré-inventer ce qui fonctionnait en face à face mais qui n'est plus adapté à distance.
Un quizz.... c'est bien pour vérifier des connaissances ou la compréhension d'un texte, mais ça ne permet pas d'évaluer un savoir faire.

Faire réaliser une tâche complexe

Pour évaluer un savoir faire sans que le copier-coller soit possible, le seul moyen est de donner à réaliser une tâche relativement complexe qui conduit celui qui est évalué à mettre en oeuvre son intelligences ET ses connaissances ET les outils de travail qui sont intégrés à ce savoir faire.
Outils : marteau, camion, pinceau, tableur excel, traitement de texte, logiciel comptable, etc.


Pour le moment tout semble simple : que 15 personnes ou 1000 personnes traitent la tâche d'évaluation de 09h00 à 12h00, ce temps d'évaluation ne prendra toujours que 3 heures sur l'agenda du formateur... Et si ça se passe à distance il pourra même aller à la pêche pendant que les apprenants travaillent ... ;-)

Mais... mais il faut évaluer les travaux réalisés !

Evaluer le travail de 15 apprenants, nous y sommes habitués depuis des dizaines d'années dans notre système scolaire, universitaire, dans la formation professionnelle. Cela prend du temps, mais on y arrive au prix de quelques "heures supp" le soir ou le WE ...(non rémunérées la plupart du temps).
Par contre, évaluer les travaux "intelligents et complexes" de 1000 personnes représente un travail gigantesque !
...Surtout quand l'analyse est multi-critère, et qu'une machine ne sait pas encore le faire.
source : CNN

…et on en revient à la question du modèle économique des MOOCs 

L'évaluation à distance est une des difficultés clefs à  régler pour qu'un MOOC soit économiquement viable.
L'enseignement en université (et ailleurs) pourrait être demain construit sur un mix de MOOC et de périodes présentielles.
Ceci posera fatalement à terme la question du mode d'évaluations de travaux réalisés à distance en grand nombre.
C'est là que le temps de travail des acteurs humains ne peut pas être remplacé par des moyens techniques (ouf !).
J'ai vécu il y a quelques années à l'université de Limoges en tant qu'étudiant une superbe expérience de 3 ans sur une maîtrise de chef de projet TIC, totalement à distance en dehors de la présentation du mémoire devant le jury en fin de 3ème année.
"L'astuce" utilisée par les profs du Campus Virtuel UNILIM pour éviter la "triche" pendant les partiels en ligne reposait sur deux éléments :
  1. nous donner à faire un travail qui mettait en oeuvre l'intelligence et pas une capacité à calculer ou à réciter des connaissances 
  2. nous donner 3h pour faire un travail qui nécessitait au moins 4h. …Un speed pas possible : même pas le temps de s'échanger des données vraiment utiles. 
Ceci donnait aux "profs" pas mal de travail, même en s'appuyant sur des évaluations préalables réalisées par les pairs, mais la triche était vraiment difficile !

Je résume mon point de vue : en l'attente d'intelligences artificielles très évoluées, la correction de travaux intelligents et complexes nécessite du temps d'enseignant, incompressible …et couteux. 
;-)

samedi 27 avril 2013

Veiller avec Talkwalker Alertes : efficace, facile, gratuit


La veille consiste à mettre des sources sous surveillance afin d’obtenir automatiquement des informations. 
Imagine-t-on un formateur, un enseignant ou un apprenant qui ne veille pas sur les thèmes qu'il traite ?

Les systèmes "d'alertes" sont les outils les plus simples à utiliser pour la veille.
Le service d'alertes le plus connu aujourd'hui est "Google Alertes", mais la rumeur dit que Google hésite à maintenir ce service et que ses jours sont comptés...  Talkwalker Alertes est une alternative solide.


Tutoriel pour Talkwalker Alertes